English version
Mission-Partage


Pourquoi intervenir

  • INDE Inde
  • CONGO Congo

L’origine des problèmes

Les nombreuses causes cachées derrière les maladies de ces itinérants qui se meurent sur la rue, sur les quais de stations de trains ainsi que dans la ville même sont une combinaison de conditions sociales, culturelles et économiques.

Les maladies communes qui affectent ces gens sont la tuberculose, la fièvre typhoïde, le choléra, la malaria, la lèpre, la malnutrition, les infections respiratoires, dépressions nerveuses ainsi que la maladie mentale.

Les personnes qui contractent les maladies ci-haut mentionnées doivent quitter leur famille et amis pour les raisons suivantes  :

  • Financièrement, les familles sont incapables d’assumer les frais médicaux reliés au traitement du patient, ils sont également incapables de lui fournir l’alimentation appropriée à une bonne nutrition ainsi que le repos nécessaire à une bonne réhabilitation.

  • La promiscuité des gens d’une même famille dans un espace restreint ainsi que les familles avoisinantes, font en sorte que les gens refusent d’aider la personne malade de peur de contracter la maladie. Le résultat final demeure donc le départ volontaire du patient sans quoi la famille le chassera afin de ne pas être à leur tour rejetée par les gens du village.

Dans certains cas, les personnes malades et démunies se déplacent vers Kolkata parce qu’ils ont entendu parler des différentes maisons de mère Teresa et ont espoir que les sœurs leur apporteront soins et soulagement. Malheureusement, bon nombre d’entre eux n’ont plus la force nécessaire rendus à destination pour s’informer et se rendre aux endroits appropriés. Ils demeurent donc sur les quais de la gare sans eau ni nourriture et leur condition physique se détériore de jour en jour.

Équipe locale

Nous avons sur place une équipe locale qui s’occupe de sillonner les endroits stratégiques et de récupérer ces gens à bout de force afin de leur apporter l’aide nécessaire à leur condition physique.

La République démocratique du Congo est le troisième plus vaste pays d’Afrique avec une population estimée à plus de 68 millions d’habitants. En général, les niveaux préoccupants sont la santé ainsi que la pauvreté et l’inégalité.La République démocratique du Congo est le troisième plus vaste pays d’Afrique avec une population estimée à plus de 68 millions d’habitants. En général, les niveaux préoccupants sont la santé ainsi que la pauvreté et l’inégalité.

Santé

Le taux de mortalité infantile est autour de 20% et l’espérance de vie chez l’adulte est de plus ou moins 45 ans, compte tenu que l’accès aux services de santé de base est inférieur à 26%.

Les maladies que l’on retrouve en RDC sont entre autres la trypanosomiase, qui est en fait la maladie du sommeil qui est transmise par la mouche tsé-tsé, le paludisme, les vers intestinaux et gastriques, les maladies de peau, la déshydratation, etc.  La lèpre et la peste ont ressurgi depuis quelques années sans compter la pandémie de VIH/SIDA qui touche plus de 4 % de la population âgée entre 15 et 49 ans.

Un autre grand fléau qui assaille la communauté congolaise est la malnutrition qui touche entre 30 et 50% des femmes et des enfants surtout en milieu rural, mais également à Kinshasa.  Dans le pays, plus de 16 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire.

Un des objectifs de Mission-Partage est de venir en aide à tous ces groupes vulnérables dont les orphelins, les enfants sorciers, les enfants déscolarisés ainsi qu’à ceux qui manquent de soins et de nourriture.

Pauvreté et inégalité

Le Congo est l’un des pays les plus pauvres du monde, avec des inégalités très marquées malgré ses multiples et diverses richesses. Les violations des droits humains, en particulier chez les enfants et les femmes, ont des répercussions très profondes au sein des populations.   Encore aujourd’hui, 80% des populations vivent en dessous du seuil de pauvreté fixé à 2 dollars par jour.  Près de 44% des femmes et 22% des hommes n’ont aucun revenu. 

Éducation

Malgré le fait que le financement public de l’éducation soit presque inexistant, le système éducatif congolais a continué de se développer et ce grâce au financement direct des familles qui sont en mesure de le faire.  Il va sans dire qu’en milieu rural, compte tenu de la pauvreté qui y règne, à peine 45% des enfants sont scolarisés.  Pourtant, pour aussi peu que 300 dollars USD par année, vous pouvez offrir à un enfant du Congo la possibilité de faire ses études (internat compris).

Nous avons sur place des équipes locales dont la congrégation congolaise des sœurs Marie au Kwango qui s’occupent de l’éducation des enfants.  La sœur préfet Philomène Kitanu veille sur eux comme une mère veille sur ses enfants.



 

Conception et réalisation par :
Jessy Lamontagne
Hébergement : Globecité

© Tous droits réservés à  Mission-Partage